Le stress

Selon l'étude de 2016 publiée par Promotion Santé Suisse, un actif sur quatre, soit quelque 1,3 millions de personnes, est stressé au travail et se sent épuisé. Le stress coûterait déjà à nos entreprises près de 6 milliards de francs par an.

Pour les jeunes, Pro Juventute s'appuie dur des études menées en Suisse et à l’étranger : En 2014, près d’un tiers (27%) des jeunes de 11 ans souffrent de problèmes de sommeil (contre 19% en 2002) et 15% disent éprouver un sentiment d’abattement et de nervosité, selon une étude HSBC de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Quant aux adolescents, le surmenage fait partie de leur quotidien: près de la moitié des 15-21 ans se disent «souvent ou très souvent» stressés, selon une autre étude bâloise réalisée en 2015. (source :www.letemps.ch/suisse/enfants-souffrent-burnout)

 

Chacun d'entre nous est concerné par le stress de manière plus ou moins permanente et intense. Le stress peut perturber la vie quotidienne de millions de personnes et avoir des répercussions sur leur santé. Le point sur les manifestations du stress, ses conséquences physiologiques et psychologiques. 

Aujourd'hui on parle de stress moderne, une multitude de demandes percutantes et compétitives qui finissent par fatiguer, puis s'accumule les retards et les ratés, donc les émotions difficiles à digérer pour laisser place à un abattement, un désengagement ou une agitation excessive, un décalage avec l'état naturel de base.

L'excès de l'hormone de Cortisol, de l'adrénaline et au final c'est le corps lui-même qui va souffrir et créer un état d'alerte chronique dans les organes, dans les humeurs,  dans les différents systèmes du corps humain et ainsi le dérégler, jusqu'à parfois créer des maladies auto-immunes.

Nous sommes dans une société qui ne pardonne pas, nous n'avons pas le droit au relâchement, à la relaxation, à la performance moyenne, à la vulnérabilité, les exigences sont telles qu'elles deviennent du poison et alors on déclenche le système de honte qui fait qu'on n'arrive que rarement à en parler. Et donc l'action pour recouvrer d'une telle souffrance, est souvent le recourt à une addiction extérieur. Les déclencheurs du stress sont souvent commenté par l'entourage ou les personnes à qui ont s'adresse, mais le stress c'est intime, c'est personnel, ce qui nous touche, nous blesse, nous perturbe, nous fait perdre notre force, intégrité et confiance est propre à soi-même, à son histoire, son caractère, etc...

Le stress désigne le mécanisme psychologique mis en oeuvre par l'organisme pour faire face à une situation particulièrement éprouvante. Le stress est un ensemble de réactions de l'organisme lorsque celui-ci est soumis à des contraintes. Le stress peut survenir en réponse à n'importe quel type d'agression, que ce soit une infection, une pathologie organique, un symptôme isolé, ou un problème d'ordre psychiatrique. Ce terme est plus souvent employé dans le sens d'anxiété, d'angoisse et ainsi se rattacher à une part plutôt psychologique.

Le stress peut atteindre toute personne, épisodiquement ou parfois quotidiennement devenant un véritable handicap dans la vie quotidienne. Le stress correspond à des réactions de l'organisme apparaissant dès que l'organisme est face à un changement de situation brutale. Le corps réagit contre ce qu'il ressent comme une agression ou une pression. Chaque personne réagit de façon personnelle et adaptée à un évènement qu'il considère comme traumatisant. Le stress correspond souvent à des tensions provoquées par des conflits personnels non résolus. 

Une situation prolongée de stress peut conduire à un épuisement psychique et physique. Le stress peut être un facteur déclenchant de diverses pathologies, comme par exemple les maladies cardio- vasculaires, l'eczéma, la migraine... 

Le stress provoqué par le travail est la première cause d'arrêt de maladie. Le terme de surmenage et de burn out est alors souvent employé. 

Le stress entraine un déséquilibre du système nerveux : il stimule le système nerveux hypotalamo-hypophysaire et surrénalien. Le système sympathique, responsable de nombreuses activités indépendantes de la volonté est alors stimulé provoquant une libération d'adrénaline à l'origine notamment d'une augmentation de la fréquence cardiaque. Le stress peut être passager et survenir de façon isolée. Le stress peut également se prolonger de façon chronique et handicapé fortement la vie quotidienne. 

Stress chronique

Le stress chronique se caractérise par un stress prolongé auquel l'organisme est incapable de répondre efficacement. Il résulte d'une situation particulièrement éprouvante que le sujet ne peut pas contrôler. Le stress chronique peut entraîner une multitude de symptômes potentiellement dangereux pour la santé, notamment de la fatigue, des insomnies, une prédisposition aux infections, des migraines, diverses douleurs et des troubles digestifs. Les techniques de relaxation, le repos, la pratique d'une activité physique et un régime alimentaire adapté permettent de traiter le stress chronique.

Causes

Les causes du stress peuvent être physiques, sociopsychiques (la cause la plus fréquente) ou liées à une maladie génétique, virale ou parasitaire. La situation de stress provoque une accélération du rythme cardiaque et la baisse du taux de glucose dans le sang. L'organisme réagit en libérant de l'adrénaline qui va oxygéner les muscles, ainsi que d'autres hormones. Selon les personnes, le stress peut conduire à l'épuisement, voire à la dépression

Phases

Le stress peut atteindre toute personne, adulte, adolescents, enfant, épisodiquement ou parfois quotidiennement devenant un véritable handicap dans la vie quotidienne. Le stress correspond à un ensemble de réactions de l'organisme qui apparaissent lorsque l'organisme est soumis à un changement de situation brutale. Le corps réagit contre ce qu'il ressent comme une agression ou une pression. Selon les travaux de Hans Selye datant de 1975, il existe 3 phases dans la réaction au stress : la phase d'alarme, la phase de résistance et la phase d'épuisement.

Réaction d'alarme

La réaction d'alarme est la première phase du processus de stress face à l'agression, au cours de laquelle apparaissent les premières manifestations: respiration courte et accélérée, augmentation des battements cardiaque, augmentation de la tension artérielle, boule à la gorge ou à l'estomacanxiétéangoisse, activité des pensées, manque de concentration, remise en questions cyclique... 

Ces réactions sont provoquées par la libération d'hormones, comme l'adrénaline dont le délai d'action est de quelques minutes et dont la fonction est de préparer le corps à une action rapide. 

Résistance

La résistance correspond à la seconde phase du processus d'adaptation au stress. Lors du prolongement de l'agression, la réaction d'adaptation provoque la mise en place d'un processus de résistance face à la situation d'agression. 
Cette étape prolongeant la première phase va ainsi permettre de préserver l'organisme de l'épuisement en compensant les dépenses énergétiques occasionnées pour faire face au stress. D'autres hormones, les glucorticoides, sont ainsi sécrétées au cours de cette étape permettant une augmentation du taux de la glycémie nécessaire à l'organisme, au cœur, au cerveau et aux muscles. 

Au cours de cette phase, les sujets atteints adoptent des conduites différentes : certains se préparent à affronter le stress, d'autres continuent à vivre comme s'il n'existait pas en faisant la politique de « l'autruche » ou alors évitent les situations pouvant le provoquer. 

Épuisement

L'organisme, débordé et sollicité en permanence par la situation de stress qui se prolonge et s'intensifie, ne réussit plus à mobiliser ses ressources et s'épuise. Il ne peut plus faire face aux agressions en raison de leur intensité. L'organisme craque, ne réussissant plus à faire face à toutes ces agressions. Les réserves psychiques et biologiques sont épuisées. C'est au cours de cette phase d'épuisement que peuvent apparaître certaines pathologies obligeant l'arrêt de l'emballement de l'organisme.

Symptômes

Les symptômes provoqués par le stress sont très variables, nombreux et d'intensité plus ou moins violente. Ils varient d'une personne à l'autre, chaque personne ayant très souvent plus particulièrement « son ou ses symptômes propres ». Pour certaines, la migraine ou les maux de tête seront leurs manifestations principales, pour d'autres ce sera plutôt l'eczéma ou des insomnies. Certains individus stressés peuvent également présenter plusieurs manifestations associées. La fatigue peut représenter également une manifestation d'un stress chronique. 

Troubles physiologiques

Le stress se traduit généralement par des troubles physiologiques tels que des troubles digestifs(ulcèrenausées et vomissements sont des symtômes digestifs courants déclenchés par le stress). Les symptômes peuvent également être des troubles cardiovasulaires, comme une augmentation de la fréquence cardiaque avec cette sensation d'accélération des battements cardiaques, des palpitations, une hypertension artérielle ou encore une augmentation du mauvais cholestérol. Mal de tête, crises de migraine sont également des symptômes fréquemment déclenchés par le stress. Ils sont parfois accompagnés d'hyperventilation (souffle court et rapide), de transpirationmains moitesmauvaise haleine et diarrhée. Les épisodes de stress déclenchent souvent insomnies et cauchemars

Troubles psychologiques

Irritabilité, angoisse, tics, tocs, noeuds dans la gorge, colère, épisodes de panique, dépression peuvent également apparaître et aller jusqu'au burn-out. Des troubles du comportement peuvent également apparaître comme des changements d'humeur fréquents, une susceptibilité, des difficultés de concentration ou des difficultés relationnelles avec ses proches ou ses collègues de travail... Ces troubles s'accompagnent de modifications de certaines habitudes : augmentation de la consommation de tabac, d'alcool. Modifications de ses habitudes alimentaires et prise de poids ou perte de poids et bien d'autres...

A la clinique de réduction du stress, nous établissons une étude clinique des stress que vous rencontrez. Nous mettons évidences les leviers, les déclencheurs, les symptômes, les situations, les rôles...

Nous observons quelques extraits du film de votre vie, sous l'angle de vue de tous ce qui peut déclencher ou calmer votre stress. Nous choisissons ensuite les approches et possibilités adaptées à vos envies, vos disponibilités, vos moyens et vos besoins...

Pourquoi Clinique ?

Au fil du temps le mot clinique a été accolé à d’autres et en particulier pour parler "d’approche clinique" ou de "démarche clinique".

Ces modes d’analyse étudient les éléments objectifs et observables concernant des individus ou des groupes autour d’un sujet précis.

 

M. Cifali et P. Perrenoud de l’université de Genève, définissent la démarche clinique pour les futurs enseignants ainsi :

C’est une " façon de prendre du recul vis-à-vis d'une pratique : elle se fonde sur l'observations, qu'il y ait problème ou non ; elle permet d'élaborer des hypothèses ou des stratégies d'action par la réflexion individuelle ou collective, la mobilisation d'apports théoriques multiples, des regards complémentaires, des interrogations nouvelles. 

 

Nos approches dans la réduction du stress sont cliniques car nous nous astreignons à ne pas appliquer de recette toute faite. Nous choisissons les techniques et les adaptons  de manière différenciée selon vos besoins précis, votre histoire et votre environnement social et professionnel.

 

© tous droits réservés

  • Facebook Social Icon